Assurance inclusive au Maroc : les conclusions de l’étude menée par DID

18 juillet 2019

Développement international Desjardins (DID) s’est vu confier le mandat de réaliser une étude afin d’élaborer un diagnostic national et de proposer des recommandations visant le développement de l’assurance inclusive au Maroc. Les conclusions de l’étude ont permis de dresser un portrait de l’offre d’assurance au Maroc ainsi que d’identifier des pistes de travaux afin de rendre l’assurance plus inclusive dans le pays.  

 Portrait de l’assurance au Maroc

 Le taux de pénétration de l’assurance au Maroc est le plus élevé en Afrique du Nord, mais demeure toutefois assez modeste. Environ 24 % des adultes marocains détiennent un produit d’assurance. Ce chiffre diminue drastiquement dans les populations pauvres ou rurales, où seuls 13 % et 11 % respectivement déclarent utiliser un produit d’assurance.

 Les principales raisons évoquées pour ne pas souscrire à une assurance sont le faible pouvoir d’achat, le déficit de confiance vis-à-vis des sociétés d’assurance ainsi que des croyances religieuses ou culturelles. Par ailleurs, l’image des assureurs demeure négative en raison des frustrations engendrées par la lenteur du processus d’indemnisation des sinistres.

 Entraves réglementaires

 Le cadre juridique actuel du Maroc est axé principalement sur l’assurance traditionnelle et n’est pas spécifiquement orienté pour améliorer le degré d’inclusion des marchés d’assurance. De ce fait, seul un très petit nombre d’assureurs ciblent les segments à faible revenu et à revenu modeste.

 L’analyse du cadre réglementaire met en évidence certaines contraintes pour le développement de l’assurance inclusive dont notamment l’obligation d’un contact physique avec le client lors de la souscription à un contrat, la limitation de la distribution à des fournisseurs ne possédant pas toujours une connaissance adéquate du territoire national, les longs délais d’homologation des contrats, la lourdeur du processus d’adhésion et la complexité des contrats.

 L’assurance inclusive : une demande importante

 L’étude menée par DID a révélé que la demande pour l’assurance inclusive est importante au Maroc et concerne principalement huit groupes cibles. Il s’agit des personnes au chômage, des jeunes de 18 à 25 ans, des personnes âgées de 65 ans et plus, des femmes au foyer, des ménages à revenu modeste, du secteur informel, de la population rurale ainsi que des très petites entreprises. Ensemble, ces groupes cibles représentent environ 80 % de la population marocaine.

 Les besoins de ces groupes sont variés et s’expriment en termes de couverture face aux problèmes de santé, au décès, à l’accident du travail, à la retraite, à la variabilité des flux de trésorerie et à la protection des actifs pour les entreprises, aux aléas climatiques pour les agriculteurs, etc.

 Favoriser l’émergence de l’assurance inclusive au Maroc

 La combinaison d’une étude de marché, d’un produit d’assurance abordable et d’un système technologique approprié fournit les ingrédients clés pour favoriser l’émergence de l’assurance inclusive au Maroc.

 En outre, deux facteurs de succès ont été identifiés dans le cadre de l’étude afin que la microassurance puisse être un facteur d’inclusion, soit :

  • se concentrer initialement sur les produits les plus simples et à probabilité de succès plus élevée, et
  • élaborer des « packages » efficients combinant des couvertures demandées par les groupes cibles et des couvertures rentables moins risquées.