Découvrez nos employés: témoignage de François Rancourt

1 avril 2019

François Rancourt est conseiller en crédit au Centre financier aux entrepreneurs (CFE) de la Tunisie, mis en place et opéré par Développement international Desjardins (DID). Son mandat ? Assurer le succès du CFE par la gestion d’une équipe de crédit ainsi que par la mise en place de pratiques de crédit saines et rigoureuses.

Il décrit le succès de son expérience à l’international en quatre étapes :

1.      Une expérience antérieure profitable

Mes expériences professionnelles poussent à croire que j’étais destiné à remplir ce mandat! Mes fonctions précédentes au sein de différentes coopératives, mon mandat en tant que conseiller en marketing coopératif au Népal, l’occupation de postes de directeur de comptes chez Desjardins ainsi que mes études de 2e cycle en gestion et gouvernance des coopératives m’ont permis de développer des réflexes de crédit qui me servent énormément aujourd’hui.

Même si le marché et les produits de la Tunisie sont différents de ceux du Québec, faire du crédit aux entreprises demeure un métier qui nécessite des compétences universelles. Mon mandat me donne l’occasion d’accompagner et de voir évoluer l’équipe de crédit que j’ai contribué à mettre en place. C’est très stimulant!

 2.      Une période d’adaptation nécessaire

Tout mandat à l’étranger nécessite une période d’adaptation à l’arrivée sur le terrain, et ce, quelle que soit la nature du mandat. Il est d’autant plus important de s’imprégner de la culture locale afin de bien comprendre les méthodes de travail qui peuvent s’avérer différentes d’un pays à un autre. Je m’étais imaginé à l’avance ma mission, et une fois sur le terrain, j’ai réalisé que les moyens à déployer étaient différents. Ces défis nous amènent à être très créatifs et débrouillards malgré la complexité de la situation.

3.      Du travail acharné… Des résultats concrets !

Occuper un poste à l’étranger est loin d’être une période de vacances ! Les efforts fournis ainsi que les défis rencontrés mènent toutefois à des résultats concrets et signifiants. Il faut s’attendre à travailler très fort, mais les résultats sont très visibles jour après jour. Alors que seulement 2 à 3 employés composaient l’équipe à mon arrivée il y a un peu plus de 4 ans, nous comptons aujourd’hui plus de 170 employés et plus de 4 300 clients*. L’impact est réel, visible et immédiat.

4.      Une adaptation familiale avant tout

Je suis arrivé en Tunisie accompagné de ma conjointe et de mes trois enfants. L’intégration fut très rapide et l’environnement francophone y a certainement contribué, facilitant ainsi l’apprentissage et la découverte de ce nouvel environnement. La rentrée scolaire des enfants dans une école internationale leur a permis d’apprendre à interagir avec des gens d’une soixantaine de nationalités et dans un cadre exceptionnel. Grâce à leurs interactions avec les jeunes locaux, ils connaissent bien les traits culturels de la ville de Tunis. Ils se transforment même en guides lorsque nous avons la visite d’amis ou de membres de la famille! Ma conjointe a quant à elle profité de notre séjour en Tunisie pour terminer ses études de deuxième cycle à distance, en collaboration avec une organisation internationale.



*Données au 31 mars 2019.