Des entreprises plus performantes, des entrepreneurs mieux nantis

16 juillet 2018

L’octroi de crédit aux clients du CFE contribue à élargir l’écart qui les sépare des autres entrepreneurs

DID a récemment réalisé, en collaboration avec l'Université de Sherbrooke, une évaluation de l'impact du Centre financier aux entrepreneurs (CFE) d'Ouganda. Cette analyse, qui s’appuie sur des entrevues réalisées avec 1961 entrepreneurs, a permis de constater que le crédit aide les clients du CFE à améliorer leur sort et à élargir l’écart qui les sépare des autres entrepreneurs. En effet, dès le départ, les entrepreneurs clients du CFE ressortent du lot en affichant des conditions généralement supérieures à celles dont jouissent les autres catégories d’entrepreneurs : en moyenne, les clients du CFE affichaient en 2016 des ventes mensuelles de 31 M UGX dans le cas des hommes et de 18 M UGX dans le cas des femmes, soit trois fois plus que ce qui a été observé dans l’échantillon global. En outre, près de la moitié des clients du CFE interrogés opèrent plus d’une entreprise et, chez les hommes, l’entreprise ayant fait l’objet de l’enquête possède en moyenne 2 succursales. Cette observation confirme le positionnement du CFE en faveur des entrepreneurs composant le « missing middle », soit ceux dont les besoins dépassent l’offre des institutions de microfinance traditionnelles, mais qui peinent tout de même à se qualifier auprès des banques.

Le client type du CFE est l’unique propriétaire d’une entreprise de 8 ans d’âge (7 ans dans le cas des femmes) opérant principalement dans le commerce de détail (36,33 %), l’immobilier (13,88 % - ce secteur compte toutefois beaucoup moins de femmes) ou le commerce de gros (11,42 %), et ce, presque exclusivement sur le marché intérieur. L’opération de cette entreprise représente 90 % de l’activité économique de ces entrepreneurs.

Comparativement aux autres entrepreneurs, les clients du CFE

  • affichent un taux de détention de produits financiers supérieur (faits intéressants : les femmes ont davantage de comptes d’épargne);
  • sont plus avancés que la moyenne en matière de formalisation et de tenue de livres (tout particulièrement les femmes);
  • on vu s’accroître, grâce aux prêts obtenus, leurs ventes mensuelles et leurs profits, de même que le nombre d’employés et la masse salariale de leur entreprise (fait remarquable : cette croissance s’est accélérée à la suite de l’obtention d’un prêt, contribuant ainsi à élargir l’écart séparant les clients du CFE des autres entrepreneurs);
  • ont vu l’amélioration de la performance de leur entreprise se traduire par une hausse de leurs revenus et, conséquemment, de leurs dépenses en lien avec la nourriture, les services, l’éducation des enfants et, par-dessus tout, la santé.

Comparativement aux autres institutions financières, le CFE

  • performe mieux;
  • affiche un taux d’approbation des prêts plus élevé;
  • effectue des prêts de montants plus élevés et d’une durée supérieure;
  • offre un délai de réponse plus court.