Profiter de chaque instant : carnet de stage de Joëlle Laberge

16 juillet 2019

Chaque année, DID et la Fondation Desjardins offrent 5 stages internationaux à des jeunes finissants universitaires ou professionnels, dans différents domaines. Grâce aux programmes de stages internationaux offerts par DID depuis 1997, plus de 90 participants ont pu, au fil des années, démontrer leur professionnalisme à l’intérieur des projets de DID tout en acquérant une expérience de travail enrichissante sur le plan international. 

Qui est notre stagiaire?

Joëlle Laberge est étudiante à la maîtrise en études internationales à l’Université Laval, à Québec. Du 10 mai au 23 août, elle effectuera un stage professionnel au Bénin afin d’appuyer le projet Appui au développement, à la professionnalisation et à l’assainissement de la microfinance (ADAPAMI), mené par DID. Joëlle a accepté de partager avec nous son aventure professionnelle par le biais de billets qu’elle rédigera tout au long de son séjour au Bénin. Nous vous présentons son deuxième billet. 

Profiter de chaque instant 

À partir de ma quatrième semaine de stage, je me suis sentie beaucoup plus confortable. Confortable à découvrir sans recul. Confortable à être moi-même dans un environnement différent. Confortable à dire « bonsoir » à presque tout le monde que je croise dans la rue. Et oui, « bonsoir », très rarement « bonjour »! Ici, la notion du temps n’est pas la même. Ou du moins, elle n’a pas la même importance.

Au fil des semaines, j’ai eu la chance de collaborer des collègues béninois, dont Dieu-Donné et Segla. C’est enrichissant professionnellement, mais ça me donne également un accès privilégié à la culture béninoise et à des discussions extrêmement porteuses.  On parle de nos différentes façons de faire et de penser pour comprendre autant nos limites que nos atouts. Ça fait du bien de pouvoir confronter ouvertement nos cultures et questionner nos acquis.

Segla s’est donné comme mission de m’apprendre le fon, une des langues majoritaires au Bénin. Alors, j’attends patiemment que quelqu’un me redise « Ça paraît que tu ne viens pas d’ici… tu marches trop vite! » pour pouvoir répondre « Ein! A fon ganjiaa? Eih ça! ». Bon, ça veut juste dire « Oui! Tu es bien réveillé? À demain! », mais quelle satisfaction ce sera!

Autre immersion dans la culture béninoise : la Coupe d’Afrique des nations de football a animé le pays depuis les dernières semaines! Les Écureuils du Bénin ont joué un excellent match contre le Maroc, une autre de mes équipes favorites, se classant ainsi pour le quart de finale. C’était la folie dans les rues! Les Béninois étaient extrêmement fiers. Il faut dire que cette victoire était historique.

Professionnellement, les occasions d’apprendre se présentent à chaque jour. Ma collègue Lori, conseillère en éducation financière à DID, est en mandat ici pour trois semaines et nous allons souvent sur le terrain pour rencontrer des femmes entrepreneures. C’est de loin ce que je préfère. Le volet égalité des genres est une partie très importante de mon stage et c’est ce qui me stimule le plus. J’ai un accès privilégié aux différents parcours des femmes, les défis auxquels elles font face, leurs motivations et leurs moyens de surmonter les difficultés. Elles sont réellement inspirantes.

La première semaine me semblait si longue et, aujourd’hui, j’ai l’impression que le temps file à une vitesse ahurissante. Au moins, je sais ce que cela veut dire: je dois profiter de chaque instant! Et c’est bien ce que je compte faire pour les prochaines semaines…

Pour voir le premier billet de Joëlle.