Le SEFEC au service des femmes entrepreneures

28 février 2020

Au Sri Lanka, les productrices agricoles font face à plusieurs défis. Notamment, elles ont tendance à se spécialiser dans certaines chaînes de valeur moins avantageuses et, à l’intérieur même de ces chaînes de valeur, à limiter leur engagement à quelques aspects précis, par exemple aux récoltes. L'agriculture étant souvent une entreprise familiale, la prise de décision revient la plupart du temps à l’homme. De surcroît, comme les femmes s’engagent dans des activités agricoles moins rémunératrices, elles doivent souvent rechercher d'autres sources de revenus.

En appui au Mouvement SANASA, DID mène le projet d’établissement d’un centre d’expertise pour les entrepreneurs (SEFEC) avec entre autres comme objectif d’aider les femmes à s'organiser et à s'informer pour se consacrer à des productions à valeur ajoutée en utilisant les ressources existantes dans leur région.

Des productions à valeur ajoutée

La production de fumier organique est un exemple de réussite de ce projet. La difficulté d'obtenir du fumier biologique est l'un des principaux problèmes identifiés dans les chaînes de valeur agricoles. Pour combler cette lacune, les femmes de la coopérative de Kandepola, qui vivent dans une région dotée de toutes les ressources nécessaires à la production de fumier organique, ont reçu une formation technique afin de produire et de mettre en marché un fumier organique de qualité. À la suite de la formation, 12 femmes ont mis sur pied une entreprise de groupe et elles ont déjà reçu leur première commande de la part des riziculteurs de Rambukkana. 

Un autre enjeu lié au développement de la chaîne de valeur est de trouver des semences de qualité pour la production traditionnelle de riz. Grâce au projet, un groupe de femmes de la coopérative de Polgahawela s'organise pour répondre à ce marché. Elles ont déjà reçu une formation technique dans le cadre du projet et comptent lancer sous peu leur production.

Diversifier les cultures

Favoriser la sous-culture et la diversification des cultures sont des éléments importants pour améliorer la gestion des risques et des liquidités. Afin de combler le déficit financier pendant la basse saison et améliorer la productivité des terres, la culture du gotu kola, une plante utilisée dans la médecine ayurvédique et la médecine traditionnelle chinoise, et celle de feuillage coupé, exporté pour les arrangements floraux, ont été introduites auprès des femmes en guise de cultures complémentaires dans les chaînes de valeur du riz et du poivre.

Les femmes membres de SANASA et faisant partie de l'association Uththamavi ont mis sur pied une entreprise pour commercialiser ces sous-cultures après avoir reçu une formation technique du SEFEC. Une entreprise qui exporte du gotu kola aide même ces entrepreneures à obtenir la certification biologique.